AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Lois et Decrets du Canton souverain de Genève, fev 1455-?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Meliandulys
Bourgeois
avatar

chez moi : -
qualité particulière : Capitaine, le seul, l'unique
inscription le : 27/06/2008

MessageSujet: Re: Lois et Decrets du Canton souverain de Genève, fev 1455-?   Ven 17 Fév - 22:08

TRAITÉ DU 27 NOVEMBRE DE L'AN 1459 RELATIF AU STATUT DES AMBASSADEURS DE LA PRINCIPAT DE CATALUNYA ET DE LA REPUBLIQUE DE GENEVE

Citation :
TRAITÉ QUANT AU STATUT DES AMBASSADEURS DE LA PRINCIPAT DE CATALUNYA ET DE LA REPUBLIQUE DE GENEVE


PREAMBULE :

Nous venons du Nord, nous venons du Sud de l'intérieur du pays, d'au-delà des mers et nous ne croyons pas aux frontières si derrière il y a un ami la main tendue vers un avenir de liberté. Et nous marchos pour exister Et nous voulons exister pour marcher(1).

Spoiler:
 


Titre I - De la Reconnaissance :

Art. I.I El Principat de Catalunya reconnaît la République de Genève, comme Etat indépendant et souverain, notamment libre du choix de ses institutions et de son statut.
Art. I.II La République de Genève reconnaît à la Principat de Catalunya, comme état indépendant et souverain, notamment libre du choix de ses institutions et de son statut
Art. II.I L'Ambassade de Genève en Catalunya elle est considérée territoire souverain de la République de Genève
Art. II.II L'Ambassade de la Catalunya à Genève est considérée territoire souverain de la Principat de Catalunya.

Titre II - Composition des membres et de l'immunité diplomatique :

Art. III Et Le Corps Diplomatique de la République de Genève est composé de l’Avoyer, du Chancelier ou Vice-chancelier et de l'Ambassadeur, ou de conseillers en mission, ceux-ci étant expressément délégués par le Consistoire des Bourgeois de Genève ou l’Avoyer de la République sous réserve d’une communication préalable à la Principat de Catalunya. Le Corps Diplomatique bénéficie de l'immunité diplomatique a surtout le territoire appartenant à la Principat de Catalunya.
Art. III II Le corps diplomatique de la Principat de Catalunya, composé pour SM le Prince, la Cap d'Ambassades et l'Ambassadeur, a de l'immunité diplomatique surtout le territoire appartenant à la République Souveraine de Genève.
Art. IV. L’immunité diplomatique consiste en une situation juridique subjective reconnue et privilégiée et une garantie des actes relevant de la position et de la fonction institutionnelle, et cela dans le but de garantir l'accomplissement efficace des fonctions des missions diplomatiques en qualité de représentants de chaque Etat.
Art. V. Et Les diplomates jouissent d'immunité dans la juridiction de l'état récepteur, Toutefois l'État accréditant peut renoncer à la protection conférée par l’immunité diplomatique. Les diplomates peuvent être jugés pour :
- Brigandage
- Assaut de la mairie ou au Château de la capitale.
- Non respect, à Genève, de la journée des humbles. Le Vendredi est interdit aux notables, de niveau 2 et plus, d’occuper un emploi rémunéré, à l’exception des fonctions liées à l’Etat et aux activités municipales nécessitant des compétences spécifiques.
Art. V. II Il en va de même de l'usage indu ou de l’abus des privilèges et immunités diplomatiques, qui ne contribuent pas efficacement ni ne concourent à améliorer les relations entre tous les deux Etats.
Art. V.III. Les représentants diplomatiques de tous les deux pays signataires seront jugés conformément aux lois en vigueur dans la province d’accueil et dans lesquelles évidemment elles résident où ont agi.
Art.VII. L'immunité de juridiction d'un diplomate dans l'État récepteur ne lui exempte pas de la juridiction de l'État accréditant.
Art. VIII. Et La Principauté de la Catalogne peut déclarer un membre du Corps Diplomatique de (Genève), excluant l’Avoyer, le Chancelier et le Vice-Chancelier, "persona non grata" (*), s’il se trouve mis en procès pour quelque délit mentionné dans l'article V de ce Traité, ou qu’il ait aidé quelque Etat que ce soit pour aller contre les intérêt de la Principauté. Etre déclaré « persona non grata » entraine la déchéance du statut de représentant diplomate dans la Principauté de Catalogne.
Art. VIII. II La République de Genève peut déclarer un membre du Corps Diplomatique de la Principat de Catalunya, en excluant le Prince et Cap d'Ambassades, "persona non grata" (*), s’il se trouve en procès pour quelque délit mentionné à l'article V de ce Traité, ou qu’il ait aidé quelque Etat que ce soit pour aller contre les intérêt de la République de Genève. Etre déclaré « persona non grata » entraine la déchéance du statut de représentant diplomate dans la Principauté de Catalogne.
Art. IX. En de telles situations et mentionnées en les points antérieurs, l'État accréditant retirera la « persona non grata » (*), ou cela mettra un terme à ses fonctions dans la mission qui lui a été confiée et par conséquent cela aura une semaine maximum pour abandonner l'état qu'il l'a logé.

Titre III - De la libre circulation du Corps Diplomatique :

Art. X.I La Principat de Catalunya autorise la libre circulation dans tout le territoire du Corps Diplomatique de la République de Genève.
Art.X.II La République de Genève. autorise la libre circulation dans tout le territoire du Corps Diplomatique de la Principat de Catalunya.
Art. XI Et en Cas de fermeture des frontières ou restrictions dans le trafic de voyageurs d'une des parties signataires, le Corps Diplomatique devra informer de sa présence et de sa localisation l’Avoyer/Prince et le capitaine de l'Etat où il est en poste qui devra aussi garantir la sécurité des diplomates étrangers.
Art. XI II Le membre du Corps Diplomatique et avant d’accomplir quelque action, devra recevoir une missive (**) de confirmation de la lecture lui donnant son accord et le dirigeant vers un lieu approprié.
Art. XII.I Et en Cas de Besoin grave et imminent, le Prince de la Catalunya peut exiger la sortie du Corps Diplomatique de la République de Genève hors du territoire de Catalunya.
Les membres du Corps Diplomatique disposeront d'une semaine maximum pour abandonner le territoire de la Principaut de Catalunya.
Art. XII II en Cas de besoin, grave et imminent, l’Avoyer de la République de Genève peut exiger la sortie du Corps Diplomatique Catalan auprès de la République de Genève. Le Corps Diplomatique, ils disposeront d'une semaine maximum pour abandonner le territoire de Genève.

Titre IV – De l’exercice des missions diplomatiques

Art. XIII. La Principaut de Catalunya s'engage à protéger et à aider le Corps Diplomatique de la République de Genève sur le territoire catalan pour toute situation et en n'importe quel cas. Le membre du Corps Diplomatique Genevois exposera pour sa part, de manière détaillée, le motif de sa visite.
Art. XIV. La République de Genève s'engage à protéger et à aider le Corps Diplomatique de la Principat de Catalunya sur le territoire genevois pour toute situation et en n'importe quel cas. Le membre du Corps Diplomatique de la Principauté de Catalunya exposera pour sa part, de manière détaillée, le motif de sa visite.
Art. XV. Un membre de la représentation diplomatique est reconnu en tant que tel pour exercer ses fonctions après sa nomination par le Chancelier/Cap d'ambaixades ou par l’Avoyer/Prince, et son accréditation au moment de sa présentation. on considérera inviolable.
Art. XVI. Toute agression contre le personnel diplomatique tel qu’il est défini par le Titre II du présent traité par une armée régulière ou le défaut de protection adéquate de la part de l’Etat accueillant l’ambassade, constituera une infraction grave envers l’autre partie.

Titre V - De l'entrée en vigueur et/ou dérogation :

Art. XVII. Le présent Traité relatif au Statut des Ambassadeurs de la Principat de Catalunya et de la République de Genève entrera en vigueur à partir de la signature par les deux parties signataires.
Art. XIII. Si une des parties ici signataire juge opportune l'annulation du présent Traité, il est tenu de présenter par écrit à l’autre partie un mémoire détaillant les motifs pour lesquels il souhaite annuler le traité. Après réception de ce mémoire, l’autre partie disposera d’une semaine pour procéder à l’annulation du traité.
Art. XIX. En cas de violation du traité par l’une des des parties signataires et la partie affectée peut dénoncer ce Traité de Statuts des Ambassadeurs de la Principauté de la Catalogne et de la République de Genève. Il sera par-là abrogé par les deux parties.

Titre VI - De la rédaction :

Art. XX. Le présent Traité est écrit en trois versions : Catalan, Espagnol, et Français, ayant celles-ci la même valeur et les mêmes effets.


Signé dans l'Ambassade de la Principat de Catalunya, pour la Chancellerie de, Genève 27 de novembre de 1459


Au nom de la Principat de Catalunya : Dans l’Ambassade de la Principat de Catalunya




Pour le Canton Libre et Souverain de Genève,

John Edward,
Avoyer de la République de Genève.

Pour le Consistoire Bourgeois,
Iskander, Freng, Léo, Notwen, Gaïa, Camy, Melian, SembreEnDevant.


(*) Personne non acceptable
(**) Message privé

Spoiler:
 

Spoiler:
 

Citation :


TRACTADO RESPECTO AL ESTATUTO DE LOS EMBAJADORES DEL PRINCIPAT DE CATALUNYA Y (GINEBRA)

PREAMBULO

Venim del Nord, venim del Sud
De terra endins, de mar enllà
I no creiem en les fronteres
Si darrera hi ha un company
Amb les seves mans esteses
A un pervindre alliberat
I caminem per poder ser
I volem ser per caminar(1)

[spoiler](1) Lluis Llach Venim del Nord, venim del sud
Titulo I – Del Reconocimiento:

Art. I.I El Principat de Catalunya reconoce a la République de Genève, sus instituciones y su estatus como estado independiente y soberano.

Art. I.II La République de Genève reconoce en el Principat de Catalunya, sus instituciones y su estatus como estado independiente y soberano.

Art. II.I La Embajada de la République de Genève en Catalunya es considerada territorio soberano (Ginebra)

Art. II.II La Embajada de Catalunya en Ginebra es considerada territorio soberano del Principat de Catalunya.


Título II – Composición de los miembros y la inmunidad diplomática:


Art.III.Y El Cuerpo diplomático del Ginebra, compuesto por el Duque, el Gran Camarlenc el Canciller y el Embajador, tiene inmunidad diplomática sobre todo el territorio perteneciente al Principat de Catalunya.

Art.III.II El cuerpo diplomático del Principat de Catalunya, compuesto por SM el Príncipe, la Jefe de Embajadas y el Embajador, tiene inmunidad diplomática sobre todo el territorio perteneciente a Ginebra.

Art.IV. Como inmunidad diplomática se entenderá a una reconocida y privilegiada situación jurídica subjetiva y una garantía en consideración a la posición y la función institucional, así mismo con el fin de garantizar el desempeño eficaz de las funciones de las misiones diplomáticas en calidad de representantes de cada estado.

Art.V.I Los diplomáticos disfrutarán de inmunidad en la jurisdicción de la sido receptor, no obstante el Sido acreditando podrá renunciar a esta inmunidad, y a tales efectos si estos pudieran ser juzgados por:

-Vandalismo
-Asalto en el ayuntamiento o en el Castillo de la capital.
- A Ginebra, el delito por el día de los humildes. El viernes es prohibido notable nivel 2 y superiores, hacer el trabajo remunerado, con la excepción de las funciones relativas a las operaciones estatales y municipales que requieren habilidades específicas.

Art.V.II Así mismo como el uso indebido o abuso de los privilegios e inmunidades diplomáticas, que no contribuyan eficazmente ni faciliten el llevar a cabo las relaciones entre los dos estados.

Art.VI. Los representantes diplomáticos de los dos países firmantes serán juzgados según las leyes vigentes a las provincias receptoras, y en las cuales evidentemente se encuentren alojadas.

Art.VII. La inmunidad de jurisdicción de un diplomático en el Estado receptor no le exime de la jurisdicción del Estado acreditado.

Art.VIII.I El Principat de Catalunya puede declarar a un miembro del Cuerpo Diplomático de (Ginebra), excluyendo al Duque y al Gran Camarlenc, "persona *non grata "(*), siempre que este se encuentre en proceso de algún delito mencionado en el artículo V de este Tratado, o bien también haya ofrecido su ayuda a cualquier de los estados, y para ir en contra de nuestro Principado, por lo cual implicaría la decadencia de este miembro del estatus de representante diplomático en el Principat de Catalunya.

Art.VIII.II La République de Genève puede declarar a un miembro del Cuerpo Diplomático del Principat de Catalunya, excluyendo al Príncipe y Jefe de Embajadas, "persona non grata"(*), siempre que este se encuentre en proceso de algún delito mencionado en el artículo V de este tratado, o bien también haya ofrecido su ayuda a cualquier de los estados, y para ir en contra de la République de Genève, por lo cual implicaría la decadencia de este miembro del estatus de representante diplomático en la République de Genève.

Art.IX En tales situaciones y mencionadas en los puntos anteriores, el Estado acreditado retirará a la “persona *non grata” (*), y/o pondrá término a sus funciones en la misión que hasta aquí le ha traído, y por lo tanto tendrá una semana máximo para abandonar el estado que lo ha alojado.


Título III – De la libre circulación del Cuerpo Diplomático:


Art. X.I El Principat de Catalunya autoriza la libre circulación en todo el territorio del Cuerpo Diplomático de la République de Genève.

Art.X.II La République de Genève autoriza la libre circulación en todo el territorio del Cuerpo del Principat de Catalunya.

Art.XI.I En caso de cierre de las fronteras o restricciones en el tránsito de viajeros de una de las partes firmantes, el Cuerpo Diplomático tendrá que dar la confirmación de su presencia al Duque/Príncipe y al capitán de la provincia que sea alojado que también tendrá que garantizar la seguridad de los diplomáticos extranjeros.

Art.XI.II El Cuerpo Diplomático y antes de llevar a cabo alguna acción tendrá que recibir una misiva (**) de confirmación de la lectura otorgándole o dirigiéndole al lugar apropiado e indicado.

Art.XII.Y En caso de necesidad inminente, el Príncipe de Catalunya puede exigir la salida del Cuerpo Diplomático de Ginebra en Catalunya.

El Cuerpo Diplomático, dispondrán de una semana máximo para abandonar el territorio del Principat de Catalunya.

Art.XII.II En caso de necesidad inminente, el enviado de la République de Genève puede exigir la salida del Cuerpo Diplomático Catalán en Ginebra.

El Cuerpo Diplomático, dispondrán de una semana máximo para abandonar el territorio del la République de Genève


Titulo IV – Del compromiso:


Art.XIII. El Principat de Catalunya se compromete a proteger y a ayudar al Cuerpo Diplomático de la République de Genève sobre todo su territorio y en cada situación y en cualquier caso, así mismo expondrá por su parte el motivo de su visita, bien explicando el motivo de la misma, o bien con una solicitud.

Art.XIV. La République de Genève se compromete a proteger y a ayudar al Cuerpo Diplomático del Principat de Catalunya sobre todo su territorio y en cada situación y en cualquier caso, así mismo expondrá por su parte el motivo de su visita, bien explicando el motivo de la misma, o bien con una solicitud.

Art.XV. La persona de la representación diplomática, reconocido como tal para ejercer sus funciones y por nombramiento del Gran Camarlenc / Cabe de embajadas o del Duque/Presidente, y acreditándolo en el momento de su presentación, se considerará inviolable.

Art.XVI. Cualquier agresión en su contra para un ejercicio regular o la pérdida de la protección adecuada por parte de la provincia que sea alojado constituirá una infracción grave en la otra parte, y será aplicable según el que está estipulado en el Título II de este Tratado.

Título V - De la entrada en vigor y/o derogación:


Art.XVII. El presente Tratado respecto al Estatuto de los Embajadores del Principat de Catalunya y la République de Genève, entrará en vigor a partir de la firma por ambas partes firmantes.

Art.XIII. Si una de las partes aquí firmantes quisiera oportuno la anulación del presente Tratado, tendrá la obligación de presentar por escrito un comunicado a la parte receptora, y detallando los motivos por los cuales le conduce a esto. La parte receptora tendrá un máximo de una semana para su anulación y después de haber leído este comunicado.

Art.XIX. En caso de violación de todo el que se ha mencionado para cualquier de las partes firmantes y la parte afectada denunciara y probara su incumplimiento a este Tratado de Estatutos de los Embajadores del Principat de Catalunya y la République de Genève este se declarará derogado por ambas partes.



Titulo VI – De la redacción:


Art.XX. El presente Tratado está escrito en tres versiones: catalán, castellano, y francés, teniendo estas el mismo valor y efecto.


Firmado en la Embajada del Principat de Catalunya, para la Cancillería de la République de Genève, a 27 de novembre de 1459


En el nombre del Principat de Catalunya: En el nombre de Embajadas del Principat de Catalunya




En el nombre de la République de Genève

John Edward,
Avoyer de la République de Genève.

Pour le Consistoire Bourgeois,
Iskander, Freng, Léo, Notwen, Gaïa, Camy, Melian, SembreEnDevant.



(*) Persona no aceptable
(**) Mensaje privado
Revenir en haut Aller en bas
Rgmax
loquace
avatar

chez moi : Genève
inscription le : 16/09/2008

MessageSujet: Re: Lois et Decrets du Canton souverain de Genève, fev 1455-?   Mar 1 Mai - 18:51

Citation :
Charte de l’Armée Républicaine Genevoise

Préambule :

Puisque Genève s’est élevée au rang de République libre et souveraine, reniant l’assujettissement et la servitude où encore trop de contrées y sont soumises, il convient de poser un regard sur le passé pour s’affranchir à tout prix de cet état précédant. Les genevoises et genevois ont choisi de bâtir les fondements de la République sur des valeurs de liberté, de tolérance et de sécurité. Si ces valeurs sont le signe de la prospérité, c’est en se dotant de sa propre Force Armée que la République de Genève pourra se maintenir.
Afin que les intérêts de la République libre et souveraine de Genève soient défendus, les genevois et genevoises ont choisi de créer au sein de cette Force Armée un noyau de femmes et d’hommes genevois fort et efficace réuni au sein d’une armée professionnelle reconnue comme étant l’Armée Républicaine Genevoise.


Art. 1er. Rôle

L’Armée Républicaine Genevoise défend le territoire de la République Libre de Genève et ses citoyens, leurs droits et leurs biens, dans la ville, dans ses terres et, à la demande du Consistoire des bourgeois de Genève, au-delà, en profondeur, sur le territoire d'une autre contrée.
Elle coordonne les actions militaires de la Milice Cantonale et des compagnies franches ou soldées, pour la défense de la République libre de Genève dans la ville, dans ses terres et, à la demande du Consistoire des bourgeois de Genève, au-delà, en profondeur, sur le territoire d'une autre contrée.
En cas d'urgence, l'avoyer, et lui seul, peut décider à la place du Consistoire d'agir en profondeur sur le territoire d'une autre contrée. Il rend compte au Consistoire de sa décision.

Art. 2. Composition, admission et sortie

L’Armée Républicaine Genevoise est composée de citoyens genevois qui ont demandé à y servir.
On y entre sur décision de l’Etat Major.
On la quitte par sa mort, par sa démission ou par son exclusion, honorables ou non.


Art. 3. Organisation

3.1. Avoyer

L’Avoyer de la République libre de Genève détient le commandement suprême de l’Armée Républicaine genevoise.
Il nomme le Lieutenant Général avec avis de l’Etat Major, et le révoque, avec avis de l'Etat Major ou, en cas d'urgence, seul. Le Lieutenant Général peut être membre de l'Armée Républicaine Genevoise, ou non.
Il décide, sur avis du Consistoire des bourgeois de Genève ou, en cas d'urgence, seul, de l'état de guerre, de l’attribution de l'oriflamme genevois à une armée et du placement des armées genevoises en faucheuse.
Sur avis du Consistoire des bourgeois de Genève, il conclut les accords avec les compagnies franches ou soldées et détermine avec elles les conditions de leur engagement et la manière dont elles se coordonnent avec l’Armée Républicaine Genevoise pour la défense de la ville.
Il décide, conjointement avec le Lieutenant général ou, en cas d’urgence, seul, de mettre Genève en alerte ou de mettre fin à l’alerte.
Il rend compte au Consistoire des bourgeois de Genève des décisions qu'il a prises dans l'urgence.


3.2. Lieutenant Général

Le Lieutenant Général commande l’Armée Républicaine Genevoise sous la direction de l'Avoyer.
Il désigne et révoque les membres de son Etat Major, en concertation avec l’ensemble de la troupe, et leur assigne leurs missions.
Il attribue les grades en concertation avec son Etat Major.
Il est responsable de la bonne marche l’Armée Républicaine Genevoise et en fixe les règles et les consignes générales en concertation avec son Etat Major.
Il conseille l’Avoyer sur les questions militaires et est membre de plein droit du consistoire des Bourgeois de la République libre de Genève.
Il coordonne l’action de la milice cantonale et des compagnies franches ou soldées pour la défense de la République libre de Genève.
Il se tient informé de tout ce qui concerne la défense de la République Libre de Genève, immédiate ou en profondeur.
Il décide, conjointement avec l’Avoyer ou, en cas d’urgence, seul, de mettre Genève en alerte ou de mettre fin à l’alerte.

3.3. Etat Major

L’Etat Major est composé d'un Second, et, selon les nécessités du moment, d’un Sergent Payeur, d'un Analyste, d’un Annaliste, d’un Porte Étendard, d’un Médecin, voire d’autres personnes qui :
- assistent le Lieutenant Général dans ses tâches et
- assurent leurs fonctions propres définies dans la présente charte ou par le Lieutenant Général.
Le Second seconde le lieutenant général et le remplace en cas d’indisponibilité. Il exerce également les autres fonctions de l’Etat Major lorsqu’elles ne sont pas assignées à un membre de l’Armée Républicaine Genevoise.
Le Sergent Payeur est responsable du règlement des soldes, de l'approvisionnement et de la distribution des fournitures.
L'Analyste est chargé de rassembler les renseignements et information, les analyser et les synthétiser.
L’Annaliste est chargé de consigner ses hauts faits et les menues nouvelles et est responsable du pigeonnier des armées.
Le Porte étendard est chargé de galvaniser et entrainer les troupes.
Le Médecin est chargé de veiller à la bonne santé physique et mentale des troupes et des bêtes.
Ils sont tous astreints aux mêmes devoirs et obligations que la troupe par ailleurs.


3.4. Troupe

La troupe est composée des membres de l’Armée Républicaine Genevoise.
Les Sergents dirigent un groupe armé.
Les Lieutenants dirigent plusieurs groupes armés, dont le leur.


Art. 4. Droits et devoirs

Les membres de l’Armée Républicaine Genevoise défendent le territoire de la République Libre de Genève et ses citoyens, leurs droits et leurs biens, dans la ville, dans ses terres et, à la demande du Consistoire des bourgeois de Genève, au-delà, en profondeur
Ils doivent être présents et disponibles à cette fin, ou prévenir de leur absence.
Ils doivent obéissance à ceux qui les commandent à cette fin.
Ils doivent s’équiper adéquatement à cette fin.
Ils doivent garder le secret sur les opérations dont ils ont connaissance.
Ils ont le droit d'exprimer leur avis en caserne, et d'être écoutés.
Ils ont le droit au respect de leurs supérieurs, de leurs égaux et de leurs subordonnés.
Ils ont le droit d'appartenir à une compagnie franche, pour autant que cette compagnie soit amie avec Genève.
Ils ont le droit de s’absenter, à condition de ne pas mettre la défense précitée en péril par leur absence.



Art. 5. Solde et fournitures

La solde de l’Armée Républicaine Genevoise est fixée par le Consistoire des bourgeois de Genève.
Les fournitures à l’Armée Républicaine Genevoise ou à ses membres sont décidées par le Consistoire des bourgeois de Genève.
Elles sont distribuées sous la responsabilité du Sergent Payeur ou de l'Etat Major.



Art. 6. De la discipline

Le Lieutenant Général est responsable de la discipline de l’Armée Républicaine Genevoise et a le pouvoir de sanctionner les membres de l’Armée Républicaine Genevoise en cas de manquement à celle-ci, en concertation avec son Etat Major.
Les sanctions qu'il décide seront appliquées par le tribunal cantonale de Genève.



Fait à l’Avoyerie de Genève le : 1er Mai 1460

Approuvé par les membres du Consistoire de Genève suivant :
Iskander, Rgmax., Bigmamma, Precye, Sembre, Gaia, Adriano, Mariposa, Ophy, John, Notwen, Camy,

Scellé par :



Rgmax.
Avoyère de la République de Genève






Revenir en haut Aller en bas
Iskander
loquace
avatar

chez moi : Transhumant
qualité particulière : sans
inscription le : 13/12/2010

MessageSujet: Re: Lois et Decrets du Canton souverain de Genève, fev 1455-?   Dim 16 Sep - 17:50

Citation :
Nommination du Procureur et grand accusateur de la République

Moi, Iskander, avoyer de République libre de Genève,
Nomme ce jour Musartine au poste de Procureur et grand accusateur de la République.

A Genève,
Le seizième jour du mois de septembre 1460.

Iskander


Revenir en haut Aller en bas
Iskander
loquace
avatar

chez moi : Transhumant
qualité particulière : sans
inscription le : 13/12/2010

MessageSujet: Re: Lois et Decrets du Canton souverain de Genève, fev 1455-?   Dim 7 Oct - 23:22

Décret sur le Cap' de Bern, le pavoisement de nos bâtiments et de nos armées et ses conquêtes

Citation :
Genève, le 7 octobre 1460. A partir de ce jour, le capitaine IG est nommé "pas'cap'' de Berne. Il est officier du conseil des Douze, au service des cantons souverains. A ce titre, il n'est pas autorisé à discuter l'agrément à une armée genevoise sous peine de procès en haute trahison contre la république de Genève passible de mise à mort par empalement après le supplice du léchage des pieds enduits de miel par une chèvre grandsonnaise.
Cela est fait pour affirmer la souveraineté des cantons. Par la grâce de Dieu.

Scellé pour Genève,
Iskander, avoyer de Genève,
Le consistoire de la république,



Dernière édition par Iskander le Dim 7 Oct - 23:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Iskander
loquace
avatar

chez moi : Transhumant
qualité particulière : sans
inscription le : 13/12/2010

MessageSujet: Re: Lois et Decrets du Canton souverain de Genève, fev 1455-?   Dim 7 Oct - 23:27

Décret sur le Proc' de Bern, sa vie, son oeuvre et tout ce qu'il fait pour nous

Citation :
Genève, le 7 octobre 1460. A partir de ce jour, le procureur IG est nommé proc' de Berne. Il est officier du conseil des Douze, au service des cantons souverains. A ce titre, il n'est pas autorisé à lancer de procès. Exception faite lors d'une révolte et exclusivement à la demande officielle du maire légitime, et cela sous peine de procès en haute trahison contre la république de Genève passible de mise à mort par empalement après le supplice du léchage des pieds enduits de miel par une chèvre grandsonnaise. En outre, comme membre de la cour d'appel helvétique il en assiste le président : il observe la recevabilité des appels à la lumière des verdicts énoncés dans la charte du juge et instruit la procédure.
Cela est fait pour affirmer la souveraineté des cantons. Par la grâce de Dieu.

Scellé pour Genève,
Iskander, avoyer de Genève,
Le consistoire de la république,


Revenir en haut Aller en bas
Esclandres
loquace
avatar

chez moi : .
qualité particulière : ..
inscription le : 01/02/2013

MessageSujet: Re: Lois et Decrets du Canton souverain de Genève, fev 1455-?   Sam 23 Fév - 12:10

Texte caduque. Remis aux archives.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Esclandres
loquace
avatar

chez moi : .
qualité particulière : ..
inscription le : 01/02/2013

MessageSujet: Re: Lois et Decrets du Canton souverain de Genève, fev 1455-?   Ven 1 Mar - 11:45

Citation :
Du merdier dans le port de Genève
A partir de ce jour, moi je, Esclandres, Cantonnier de la République Souveraine de Genève et tous ses petits copains du conseil de la République de Genève décrétons « ça suffit le merdier dans le port de Genève ! »

Ainsi déclarons itou :
La gratuité d’amarrage pour les navires Genevois sur 6 des quais de Genève et 2 du port naturel de Nyon. En échange la cité de Genève se permet d’obliger les capitaines de navires commerciaux à bouger chacun leur tour en cas de besoin. Dans notre grande générosité, nous accepterons un tour d'horloge afin que le navire bouge, en cas de prise d'emploi tôt le matin du dit capitaine par exemple, nous ne sommes pas des chiens... Quoique…
Ainsi le port de Genève n'acceptera que 6 navires Genevois, si un nouveau navire vient à être construit, il devra amarrer ailleurs, pour le moment, on s’en tamponne d’où… En tout cas pas à Genève Parce que ? … C’est trop le merdier…
La 7e place sera alors réservée pour les navires non Genevois.

A ce jour, les navires Genevois sont
- Al Saif Al Assad considéré navire de guerre
- L'Apocalypse considéré navire de guerre
- Le Kraken considéré navire de guerre
- L'Ambuleuse considéré navire de commerce
- L'Oghma Infinium considéré navire de commerce
- L'Absolu considéré navire de commerce

Pour le bon fonctionnement de ceci et de cela, il a été voté qu’il était aussi temps que les feignasses se sortent les doigts de l’arrière train.
Ainsi, à chacun ses responsabilités.

Le Chef de port devra et sans condition
- Accorder l'amarrage automatiquement si un navire Genevois vient à demander le droit d’accoster et que l'une des 6 places est libre.
- Accorder l'amarrage à un navire non Genevois, si il n'y a pas d'autre navire non Genevois (la 7e place)
- Tenir informé les capitaines du décret en vigueur en leur faisant parvenir par courrier lorsqu’un capitaine demande le droit d’amarrer.
- Toujours garder les places Genevoises libres, sauf cas extrême tel que le dit Genevois est en Turquie ou aux toilettes…
- Faire la demande au consistoire des bourgeois lorsqu’un navire non Genevois demande un droit d’amarrage et qu'une place Genevoise est libre
- Notifier les tours d’entrée des navires commerciaux Genevois afin de prévenir tout litige et de maintenir son listing à jour dans son bureau.
- Prévenir l'avoyerie lors d'un amarrage non Genevois en informant le consistoire des bourgeois de ce qui suit
- Le nom du navire
- Le nom du capitaine et des passagers
- Leurs possessions monétaire et produits destinés à la vente de plus de 500 écus potentiels au total.

Les Arrivants et Capitaines Non Genevois devront et sans condition
- Donner leur nom, celui de leur navire, de leurs passagers et matelots ce qu'ils ont en bourse et produits destinés à la vente de plus de 500 écus potentiels au total.
- Respecter le marché de Genève une fois à terre.
- Attendre 48H avant de forcer un accostage
En échange Genève leur offre la gratuité pour les 5 premiers jours. Au delà, dès le 6e jour, une location de 5 écus par jour sera demandé au capitaine, il devra s'en acquitter journalièrement ou à l'avance. Aucun délai ni retard ne sera accepté, « Plouf » le cas échéant.

Les Capitaines Genevois devront et sans condition
- Respecter la volonté de Genève et bouger leur navire lorsque ce sera leur tour sous 24H.
- Se tenir au courant des tours afin être réactifs.
- Prévenir d'un départ en retraite et nommer un autre capitaine qui pourra alors s'occuper de bouger le navire en cas de besoin.

L’Avoyerie de Genève, son avoyer et ses conseillers devront et sans condition
- Créer un bureau pour notre chef de port.
- Avoir un chef de port réactif à Genève.
- Avoir un chef de port réactif et disponible à Nyon.
- Trancher dans les conflits de marins d’eau douce quand au tour de sortie et ordonner le "plouf tu coules" que ce soit aux capitaines non Genevois n’ayant pas payé leur location, ayant donné de fausses informations ou aux capitaines genevois ne tenant pas leurs engagements.

Du respect du marché de Genève, « l'argent Genevois reste à Genève, il est bon notre poisson »
Toute vente à bas prix ramenant 500 écus ou plus doit enclencher de l'achat sur le marché de Genève.
Le marché est libre, mais l’argent genevois ne l’est pas...
Un visiteur non Genevois vendant à des prix inférieurs à ceux pratiqués par les Genevois sur le marché pour ensuite partir avec tous les écus sans rien avoir acheté sur le marché genevois pour la même somme qu’il a préalablement gagné par ses ventes, prend le risque de recevoir un coup de canon, ou quatre...
A Genève, le 1er mars 1461
Esclandres, Cantonnier de Genève et ses gentils conseillers


Etaient présents lors du vote
Leamance, Bigmamma_fwi, Tatoumi, Maria_paz, Luc la misère, Moirha, Jehane, Philippe_pygmalion, Thomas Cromwell, Izaac, Musartine, Phonya, John Edward, Gutemberg, Emillane, Lastreaumont, Cendres, Ophy, Aelig, Rayanha, Schmurtz, Kirkwood, Shadowdemonking et Esclandres
Revenir en haut Aller en bas
zarathoustra
Bourgeois
avatar

chez moi : Genève
qualité particulière : Avoyer
inscription le : 01/01/2010

MessageSujet: Re: Lois et Decrets du Canton souverain de Genève, fev 1455-?   Sam 11 Jan - 10:19

Citation :
Du bon entretien de la cathèdre de l'église Saint Pierrot.

Souhaitant s'assurer que le siège de l'évêque de Genève ne prenne pas la poussière, le consistoire des bourgeois décide d'instaurer l'office d'épousseteur municipal de la cathèdre de l'église Saint Pierrot.

L'épousseteur municipal de la cathèdre est choisi par les bourgeois de Genève. Son rôle principal est de s'assurer que la cathèdre ne prenne pas la poussière. Il est le seul habilité à s'asseoir sur la cathèdre, siège en bois noir de Nubie incrusté de brillants en toc installé par Lorgol en 1453.

Toutes les 4 semaines, il donne l'autorisation tantôt au représentant des aristotéliciens romains, tantôt à celui des aristotéliciens réformés, d'investir la cure et d'user de l'église cathédrale à sa guise ; l'épousseteur municipal s'assurera que les pierres de molasse jurassienne, non décorées, n'ont pas été souillées.

L'epousseteur municipal de la cathèdre est un fonctionnaire de classe 12, au même titre que le tailleur du marronnier de la Treille et le maréyeur. Il bénéficie d'un apport de 7.25% du canton de Genève dans sa pension-vieillesse et a le droit de s'asseoir au troisième rang sur l'estrade officielle pendant le tournoi de la compagnie du Léman.

Le Consistoire de la République de Genève, le 10 janvier 1462


Revenir en haut Aller en bas
Sanctus
loquace
avatar

chez moi : Genève
qualité particulière : Lord protector
inscription le : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Lois et Decrets du Canton souverain de Genève, fev 1455-?   Dim 25 Jan - 9:40

Citation :

En ce jour béni du Très Haut du 11 janvier 1463, Genève prend le titre de République Sérénissime de Genève.
La cité de Genève a pour ambition d'illuminer le monde et de faire rayonner la Vraie Foi par delà les terres et au-delà des mers.
Elle autorise généreusement la pratique des autres cultes dans la mesure où leur usage ne vient pas troubler l'ordre public.

La République est souveraine sur l'étendue de son territoire sur lequel s'applique le droit genevois. Elle lève l'étendard selon ses choix politiques et elle signe la paix et déclare la guerre afin de garantir ses propres intérêts.
Elle est membre de droit et à part entière de la Confédération Helvétique, libre association de cités des vallées alpines et du Jura qu'elle s'engage à défendre contre toute menace extérieure ou intérieure.

Le gouvernement de la Sérénissime est assuré par un doge élu pour un mois renouvelable et par le Consistoire des bourgeois de la ville ayant prêté serment de prime-allégeance à la République.

La République reste et demeure un havre de liberté et accorde protection à tous ceux qui en feront la demande, qu'ils soient bannis de leur patrie, persécutés ou poursuivis avec menace de mort.

Genève interdit en son territoire l'usage des taxes et autres impôts. Le commerce est libre et sans contrainte. La spéculation est autorisée.

La cité est souveraine en matière de justice et elle garantit un procès équitable même à ses pires ennemis. Les doubles peines sont interdites et la Convention de Genève de 1458 sur le traitement des prisonniers de guerre pleinement appliquée.


Rédigé et voté sous le regard bienveillant du Très Haut. Le Doge Sanctus Ier et le Consistoire des bourgeois assemblés.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sanctus
loquace
avatar

chez moi : Genève
qualité particulière : Lord protector
inscription le : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Lois et Decrets du Canton souverain de Genève, fev 1455-?   Dim 25 Jan - 9:45

Citation :
Entente Cordiale entre la République Sérénissime de Genève et l'Alliance Fatum


A tous ceux qui liront ou se feront lire et sous la divine protection du Très Haut, la République Sérénissime de Genève et l'Alliance Fatum décident d'un commun accord un traité de bonne Entente, selon les points suivants :


1- L'affirmation d'une entente cordiale entre les deux parties, et l'assurance de l'entretien d'un dialogue permanent.

2- La promesse par l'Alliance Fatum de tout son soutien et de toute aide, dans la mesure du possible, en cas de crise ou de guerre menée contre la Sérénissime.

3-L'obligation faite aux armées de Fatum de demander à la République l'autorisation de traverser son territoire ou d'y stationner dans un délai minimum d'une semaine avant que de s'engager sauf dans les cas exceptionnels de crise où le délai serait ramené à deux jours.

4- Le respect de l'intégrité territoriale de la République de Genève par toute armée contrôlée par Fatum.

5- Le respect par l'Alliance Fatum et de tous ses membres des lois, us et coutumes de la République de Genève. Cela implique l'interdiction de brigandage et autres rapines sur le territoire républicain.

5bis- L'arrestation et le jugement par la Sérénissime de tout membre de l'Alliance Fatum qui aurait contrevenu au point 5 ci-dessus. Le contrevenant sera livré par Fatum s'il se trouve hors de la juridiction de la République.

6- La non agression entre les deux parties par le biais d'armées quelles que soient les circonstances.

7- Le non rejet de membres de Fatum non armés par Genève, quelles que soient les circonstances, décrets ou lois en vigueur.

8- La promesse des deux parties de ne jamais entreprendre de mesures, complots ou accords ouvertement hostiles entre elles ou leurs membres/composants. Engagement est aussi fait de se prévenir mutuellement en cas de danger ou de menace sur l'une des deux parties contractantes.



Rédigé le vingt et unième jour du mois de janvier de l'an 1463 sous le regard bienveillant du Très Haut.
Le Doge Sanctus Ier et le Consistoire des bourgeois assemblés d'une part, l'Alliance Fatum d'autre part.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sanctus
loquace
avatar

chez moi : Genève
qualité particulière : Lord protector
inscription le : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Lois et Decrets du Canton souverain de Genève, fev 1455-?   Dim 8 Fév - 7:28

Citation :

Révocation de l'Edit de Simultaneum

Par la grâce de Deos qui pardonne aux croyants et qui pulvérise les méchants, Nous, Consistoire de la République Sérénissime de Genève,

Considérant que les Aristotéliciens inféodés à Rome ont trahi au cours des précédentes guerres la bonne cité de Genève qui leur a offert abri et sécurité,
Considérant que l'église dite cathédrale est désormais souillée par leur présence,
Actant la volonté des bons croyants de voir le dit édifice débarrassé de sa peste,

Décrétons et actons ce qui suit :

Le Simultaneum instauré en d'autres temps par d'autres hommes est désormais abrogé, supprimé, détruit et oublié.
L'église dite cathédrale est rebaptisée Temple et il est réservé aux seuls aristotéliciens réformés, tous les jours de la semaine et même les autres.
Les aristotéliciens romains ne voient pas leur culte interdit sinon dans ce lieu saint et vénéré comme tel.

Fait à Genève le dimanche 8 février de l'an 1463 sous l'égide et le regard bienveillant de Deos.
Approuvé par le Doge Sanctus Ier et le Consistoire des bourgeois de la Sérénissime.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sanctus
loquace
avatar

chez moi : Genève
qualité particulière : Lord protector
inscription le : 31/08/2009

MessageSujet: Re: Lois et Decrets du Canton souverain de Genève, fev 1455-?   Ven 8 Mai - 12:43

Citation :

Décret de nomination du lieutenant général de la cité.

Par la grâce de Deos qui pardonne aux croyants et qui pulvérise les méchants, Nous, Sanctus, Doge de la République Sérénissime de Genève, saint de corps et d'esprit jusqu'à ce jour tout au moins, décrétons et annonçons ce qui suit.

Rayanha est nommée ce jour et jusqu'à ce que la volonté de Deos se soit exprimée Lieutenant Général de la Sérénissime.
Qu'il en soit ainsi.

Fait à Genève le vendredi 8 mai de l'an 1463 sous l'égide et le regard bienveillant du Très Haut.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Archibald
Bourgeois
avatar

chez moi : Pas chez les autres
qualité particulière : Vicieux
inscription le : 28/10/2015

MessageSujet: Re: Lois et Decrets du Canton souverain de Genève, fev 1455-?   Ven 20 Nov - 11:27

Abrogation définitive du Jour des humbles par vote populaire.
10 % de la population a voté, 90 % des votants étaient pour l'abrogation de la loi.

A ce jour, plus aucun avoyer ne pourra ressortir cette loi, il devra faire revoter une loi afin de remettre en place une loi similaire.

Fait à Genève le 20 Novembre 1463, par Archibald
Revenir en haut Aller en bas
Archibald
Bourgeois
avatar

chez moi : Pas chez les autres
qualité particulière : Vicieux
inscription le : 28/10/2015

MessageSujet: Re: Lois et Decrets du Canton souverain de Genève, fev 1455-?   Jeu 21 Jan - 17:59

[rp]Les textes de Genève.[/b]

Genève est un canton libre et indépendant.
Il soutient le Conseil de la Confédération Helvétique tant que celui-ci ne dépasse pas les limites qui lui sont attribuées.
A ce jour, le Canton de Genève est en paix avec ses voisins et les autres cités indépendantes de la Confédération Helvétique et souhaite le rester.
Il viendra en aide aux cités confédérales, dans la juste mesure tant que le pouvoir en place respecte la souveraineté des cantons et leurs textes législatifs.
L'Avoyer est élu par la population Genevoise. Ces élections en sont la seule légitimité.
La seule personne ayant droit de régence, révolte ou prise militaire de l'Avoyerie est le Lieutenant Général nommé par le dernier Avoyer légitimement élu.
Le Lieutenant Général peut être accompagné ou transférer son pouvoir à qui bon il le lui semblera, si toutefois l'Avoyer légitime n'est pas en mesure de le faire.

Tout texte législatif précédent Les Textes de Genève est à ce jour abrogé.
Un ancien décret peut toute fois être représenté à la population Genevoise afin d'être voté par le système appelé "Les 10 pourcents du Phare".
Ce dernier sera ajouté en annexe ou inséré dans les lignes qui lui correspondent.

[b]Les 10 pourcents du Phare

Les lois ne sont désormais plus choisies ni votées par une élite.
Le peuple choisi ses lois et vote. Si toutefois il en a quelque chose à cirer.
Toute idée ou souhait du peuple est mise au vote.
10 % de la population Genevoise doit alors participer à ce vote en 7 jours.
Si moins de 10% de la population vote, alors l'idée ou le souhait n’intéresse personne et sera consigné comme tel et ne pourra pas être représenté par la suite.
Si au moins 10% de la population vote, alors seront départagées les voix pour, contre ou nulle. La majorité l'emportera.
Vu que le peuple s'en tape de ce qu'il se passe à Genève et que seule une élite active y porte attention, nous basons le vote à 10 % pour le moment. Le jour où Genève s'éveillera, il sera toujours possible d'augmenter le pourcentage, cela avec l'accord de la population Genevoise.

Du devoir et des droits de l'Avoyer
Nul avoyer, quel qu'il soit et quelque soit la situation ne peut
- Augmenter le pourcentage des 10% du phare sans l'accord de la population Genevoise
- Passer une loi ou modifier Les textes de Genève sans la validation du peuple par le système dit "Les 10 pourcents du Phare".
- Lever un impôt sur le travail des artisans et des cultivateurs Genevois.
- Accepter une taxe sur le marché cantonal ou les tavernes de la part du conseil de la Confédération Helvétique quel qu'il soit et ce jusqu'à soulever la population afin de marcher sur la capitale administrative, Fribourg.
- Mettre en place une grille de salaire sur les embauches des artisans et des cultivateurs Genevois.
- Mettre en place une grille de tarif sur le marché de la cité.
- Retirer un agrément en claquant des doigts sauf si il pète des boules de feu et vomit des papillons... Et encore...
- Déclarer la guerre à ses voisins ou les voisins des voisins ou les voisins des voisins des voisins sous un prétexte religieux.

L'avoyer se doit de
- Veiller aux libertés fondamentales de Genève (culte, commerce, emplois, circulation, ouverture huit jours sur sept des lupanars Genevois) et à la souveraineté du Canton de Genève.
- Gérer l'élection d'un Juge de la République par la population Genevoise. La charge de Juge de la République élu est reconduite tacitement pendant 2 mois.
- Nommer un Chef de port afin de gérer le "va" et le "viens", ainsi que les constructions de bateaux. La charge de chef de port est reconduite tacitement jusqu'au bon vouloir de l'Avoyer ou du chef de port.
- Nommer un ou une Tribun pour gérer les petits enfants. La charge de Tribun est reconduite tacitement jusqu'au bon vouloir de l'Avoyer ou du Tribun.
- Nommer 1 à 3 Procureurs de la République. La charge des Procureurs de la République nommés est reconduite tacitement pendant 2 mois.
- Nommer un Conseiller économique à la charge des quotas confédéraux ou s'en occuper lui même. La charge de conseiller économique se termine à la fin du mandat de l'Avoyer ou du bon vouloir de ce dernier.
- Nommer un Lieutenant Général afin de le seconder. La parole de l'Avoyer prévaut sur celle du Lieutenant Général. La charge de Lieutenant Général se termine à la fin du mandat de l'avoyer ou du bon vouloir de ce dernier.
- Laisser une trésorerie à l'Avoyerie d'au moins 350 écus en or à la fin de son mandat.
- Suivre ce qui précède et suit cette ligne.

L'Avoyer a le droit de
- Dire "oui", mais doit se justifier.
- Dire "non" sans avoir besoin de se justifier.
- Envoyer chier ceux qui l'emmerdent. C'est un principe.
- Aller chauffer la Belle de nuit une fois par semaine aux frais de l'Avoyerie.
- Prendre une personne en grippe par mandat et le lui faire comprendre de la manière qu'il ou elle le souhaite.

Droits et devoir du Lieutenant Général
- Il gère les agréments Genevois si l'Avoyer est aux cabinets.
- Il est le chef de la défense et des armées lorsque l'Avoyer est encore aux cabinets...
- Il fait la danse du ventre pour motiver les troupes.
- Obtiendra une armée aux frais du canton avec culotte rose en prime.
- Il sera aimable de ne pas trahir son avoyer et l'aimer comme il se doit en lui apportant miel allemand et croissants français le matin.
- Il sera aux premières lignes pour prendre des gnons sur la gueule.

Du devoir et des droits du citoyen Genevois
Le Genevois digne de ce nom devra
- Aider à la défense de Genève. Une fois par mois chaque Genevois devra faire un tour de garde avec la milice afin de protéger sa cité. Le salaire sera alors de 5 écus. A la discrétion de l'Avoyer de faire un don aux Genevois qui surveillent les remparts régulièrement.
- Répondre à l'appel d'urgence sous 24h lorsque Genève sera en danger afin d’intégrer une lance, un corps d'arme ou la milice.
A la discrétion de l'Avoyer de faire pendre ceux qui ne se lèvent jamais pour défendre Genève.
- Stocker de quoi manger lorsque les touristes vindicatifs restent longtemps et que la politique de la famine est en place.
- Mettre en place la politique de la famine de lui même ou sur conseil de l'avoyer pour empêcher les touristes vindicatifs de prendre plaisir à rester.

Le genevois a le droit de
- Défendre l'Avoyerie quand il le souhaite en plus du jour de contribution
- Faire un don à l'Avoyerie de temps en temps, mais sans excès.
- Appeler au lynchage publique d'une personne de son choix et devra convaincre la population par le biais du système dit "Les 10 pourcents du Phare"
- Proposer un décret à la population, si le vote des "Les 10 pourcents du Phare" valide, alors le décret sera actif et ajouté aux annexes.
- Proposer l'annulation d'un décret à la population, si le vote des "Les 10 pourcents du Phare" valide, alors le décret sera abrogé.
- Croire en ce qu'il veut
- Vendre ce qu'il veut et au prix qu'il le souhaite
- Acheter ce qu'il veut et à la quantité qu'il le souhaite
- Employer qui il veut et au salaire qu'il le souhaite
- Se révolter après une mise en garde publique si l'Avoyer ne suit pas ses droits et devoir.
- Monter sur Fribourg accompagné du Lieutenant Général afin de rétablir l'ordre si le conseil ne suit ou ne respecte pas le droit à la souveraineté du canton de Genève et ses principes.
- Mouiller dans le port de Genève gratuitement, dans la limite des places disponibles

Du devoir et des droits du touriste
Le touriste dans toute sa splendeur est accepté à Genève et profite de certaines lignes de conduite propres aux Genevois.
C'est à dire qu'il peut
- Défendre l'avoyerie
- Faire un don à l'avoyerie de temps en temps, si possible avec excès
- Croire en ce qu'il veut
- Vendre ce qu'il veut et au prix qu'il le souhaite
- Acheter ce qu'il veut et à la quantité qu'il le souhaite
- Se porter volontaire pour suivre le Lieutenant Général dans les emmerdes perpétrés par l'avoyer ou d'autres.

Le capitaine d'un navire paiera une location de quai de 2 écus par jour.
Il n'aura pas le droit de quitter Genève à pied ou devra acquitter 10 écus par jour d'absence et seuls 10 jours lui seront alors permis.
La période de retraite sera comptée par le chef de port et/ou l'avoyer. Les arriérés devront être payés.
Le droit de révolte lui est proscrit.

Le touriste helvète
Est accepté à Genève et et profite de certaines lignes de conduite propres aux touristes.
En outre, il recevra la gratuité du quai utilisé tant qu'il reste dans la Cité de Genève. Si il vient à quitter les murs à pieds, à cheval ou en luge, il devra alors payer la location du quai utilisé. Cela au tarif de 5 écus par jour. Seuls 15 jours lui seront alors permis.

Annexes
Le grand tournoi de Genève
Toute personne accostée au port de Genève et participant au Grand Tournoi de Genève pendant celui ci n'aura pas à payer la location du quai.

De la Religion à Genève
Libre à chacun de croire ou penser ce qu'il souhaite.
La Cathédrale Saint Pierre est aux mains du chef de culte du Diocèse.
L'Avoyerie n'ayant aucune prise, ni physique, ni morale sur le diocèse, la religion ne la regarde pas.
En aucun cas l'Avoyerie ne peut être mêlée à une discorde religieuse.
Que les cultes se débrouillent entre eux.
Aucune guerre sainte ne sera tolérée sur les terres Genevoises.
Aucune demande religieuse de la part d'un tiers ne sera prise en compte par l'Avoyerie de Genève.

De l’agrément Genevois
Symboliquement, l'Avoyer offre un drapeau rose au chef d'armée.
Pour cela, les seuls moyens de fournir un agrément Genevois sont
1. Que l'armée constituée se trouve dans la même cité confédérale que l'avoyer ou le Lieutenant Général.
2. Que l'avoyer ou le Lieutenant Général de Genève soit dans l'armée.

Par la suite, les seuls moyen de retirer un agrément Genevois sont
1. Que l'avoyer ou le Lieutenant Général de Genève soit à côté de l'armée et qu'il ait plus de copains alliers que de personnes dans l'armée, cela si l'avoyer est en opposition avec le chef d'armée alors félon (à l'avoyer d'avoir assez de charisme et de convaincre les soldats de sortir de l'armée pour affaiblir la dite armée et qu'il casse la gueule au chef d'armée en Lice ou à pierre feuille ciseau...), cela peut se produire si l'armée est dans sa cité d'origine ou une autre.
2. Que l'armée se fasse latter par une autre armée (peu importe l'origine, amie ou ennemie, l'avoyer peut envoyer une armée sur l'armée félon pour la calmer).
3. Que le chef d'armée décide de lui même de lâcher l'agrément en rangeant le petit drapeau de Genève que l'avoyer lui a donné le jour de l'obtention d'agrément.
4. Que l'on trouve une autre idée qui tienne la route d'ici là... Tant que cela ne relève pas de la sorcellerie ou de l'élevage de souris futuristes.

En aucun cas un agrément ne peut être retiré par le Conseil Confédéral, quel qu'il soit.
Un retrait d'agrément par le Conseil Confédéral sans la demande de l'avoyer, le chef d'armée ou le Lieutenant Général de Genève sera un appel aux armes des Genevois envers le château de la Confédération Helvétique.
Il en est de même de la prise du château par des touristes en vadrouille. Si des touristes font cela, les Genevois se prendront un malin plaisir à leur pourrir leur région comme des crevards sans nom. Même si la dite région n'est pas officiellement responsable des agissements de ces tristes farceurs.

Des contrevenants
En général, ils seront mis en procès (IG).
Ou tué... Suivant l'humeur. Rarement les deux, car juger un mort est toujours délicat...
Tuer un condamné, c'est sale, mais faisable.
Le procès se déroulera publiquement en halle Genevoise. La mort quand à elle...

L'accusé pourra se défendre lui même ou par un avocat.
Si il est relaxé, pas de suite...
Si il est condamné à des jours de prison, le bourreau de Berne l’emmènera de force dans les oubliettes humides (Juge IG).
Si il est condamné à mort, le bourreau de Berne lèvera sa hache et... La rebaissera (Juge IG).
Si il est condamné à une amende, le malfaiteur devra faire un don du montant de l'amende ou acheter une denrée sur le marché de la somme qu'il devra pour payer sa contravention. Il sera ensuite relaxé par le bourreau de Berne (Juge IG).
Seul le paiement de la contravention amènera à la relaxe In Gratibus. Si le condamné ne paie pas dans les 5 jours, alors il recevra la seconde sentence du juge de Genève par le bourreau de Berne (Juge IG).
L'accusé, innocent ou non qui quitte la cité avant la fin du procès sans l'aval du juge sera immédiatement condamné (IG).
L'accusé qui ne se présente pas à son jugement en halle sera condamné (IG).

Exception quand au port de Genève. Pas de jugement.
1 sommation, 24H de patience, pas de réponse, 2 coups de canon. Plouf...
Un capitaine quittant Genève avec des dettes se verra immédiatement coulé ou sa tête mise à prix.

Des quais Genevois
Le quai Cendres - Quai réservé
Le quai La Compagnie Réformée du Léman - Quai réservé
Le quai Fernand - Quai réservé avec droit d'utilisation jusqu'à ce que l'Hydre ait à nouveau un radeau...
Le quai Meliandulys - Quai réservé aux personnes qui ont la classe
Le quai de Genève
Le quai La République
Le quai Madame Claude
Le quai Madeline
Le quai Ingeburge[/rp]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lois et Decrets du Canton souverain de Genève, fev 1455-?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lois et Decrets du Canton souverain de Genève, fev 1455-?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Genève : La chouette chevêche
» Le patrimoine religieux du Canton des Pieux. A.Hamel.
» L Canton des Pieux 2000 ans de vie, A.Hamel
» Ste Colombe, canton de St Valéry en caux
» Le Canton des Pieux 25 années d' Histoire 1789-1815

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Consistoire de la République de Genève [lecture & écriture pour tous] :: Bibliothèque des lois, Histoire de Genève et de ses habitants-
Sauter vers: