AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 16 février 1460: Eireen VS. Antoine. : harcèlement et usure [EN COURS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, ... 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
leo
Bourgeois
avatar

chez moi : Arles
qualité particulière : bourgeois
inscription le : 26/12/2009

MessageSujet: Re: 16 février 1460: Eireen VS. Antoine. : harcèlement et usure [EN COURS]   Ven 17 Fév - 0:34

Ah? Je ne le voyais pas comme ça, j'espère qu'il ne t'en a pas proposé à toi quand même.
Chut, ça va bientôt commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Cameliane
Bourgeois
avatar

chez moi : Dans les bras de son époux. Ou à genoux devant lui. Pour lui emberlifiquoter ses lacets.
qualité particulière : Capitaine de l'Edelweiss
inscription le : 07/08/2009

MessageSujet: Re: 16 février 1460: Eireen VS. Antoine. : harcèlement et usure [EN COURS]   Ven 17 Fév - 1:11

- Non... il ne m'a pas fait cette joie malheureusement, je crois qu'elles ne sont réservées qu'aux membres du tribunal...

Elle le regarda cependant avec une fausse mine interloquée, retenant son sourire...

- Tu me dis chut alors que c'est toi qui a parlé en premier... ha la mauvaise foy masculine...


Puis de lui refiler ce qu'il y avait au fond du panier. Marrant un panier ou une escarcelle de femme, on trouve exactement ce dont on a besoin à un moment donné. Fou ça.

- Du gâteau grenoblois, aux noix... mais mâche doucement sinon on va se faire repérer...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 16 février 1460: Eireen VS. Antoine. : harcèlement et usure [EN COURS]   Ven 17 Fév - 1:14

Gale arriva après un long moment parcouru sur les routes. De mauvaise nouvelles lui était venu aux oreilles. Trop longtemps il fut absent de sa Genève. Une amie très chère se trouvait dans une mauvaise phase ou mauvaise posture qui sait. C`est le pas lent et sur.. que l`homme marcha dans les couloir. Noir, sombre a souhait. Un endroit non désiré pour tout homme qui se tenait. Un endroit que personne ne voudrait voir dans sa vie. La cour de Genève, voila un drôle d`endroit pour un retour chez lui. Jamais il n`aurait voulu ainsi revenir sur ses racines que sa Genève lui avait implanté. Certes, il serait a être appeler a la barre pour témoigner, certes il serait la pour aider une Genevoise, certes il serait la pour aider une amie dans le besoin.

Le pas lent, mais sur, il déposa ses armes a l`entrée de ce lieux de justice. Le regard perdu sous une couette de sa tignasse, les yeux rivé sur les gens qui l`entourait de part et d`autre. Un sourire mis camouflé et mis caché, le noir de ses prunelles jaugeant les passants qui ne le remarquait pas. Se renseignant à savoir ou se rendre pour ce procès qui devait surement en être un d`exceptionnelle. Une réponse enfin, et un endroit. N`attendant pas qu`ont lui dicte le chemin à suivre, Gale marcha, suivant de par mémoire le trajet qu`ont lui avait dit.

Quelque pas et il pu percevoir des voix, surement que la salle se faisait comble a ce moment si crucial. Une place, voila ce qu`il voulait, un endroit bien discret de tout regard. Il ouvrit les portes doucement sans trop de bruit, posant sont regard sur la foule qui se faisait curieux, matant chacun du regard. Un sourire qui en disait long…que de pauvre curieux inculte qui ne cherche qu`a assouvir le peu qu`il n`auront jamais se dit-il.
Le regard livide de tout, perdu et impartial comme a sont habitude. Gale trouva un endroit discret a l`arrière, il prit place, un soupire, un sourire. Oubliant tout ce qui l`entourait, écoutant ce qui se passait a l`avant. Une pensée pour Eireen. La voyant dans tout ses états a l`avant. La salle bondé de pauvre curieux incrédules et assoiffés de pure conneries et de bla bla.. Voila ce qu`était devenu sa Genève. De pauvre paumés a la recherche de sensation fortes quoi..

C`est ainsi… en silence, qu`il écouta, abstrait de l`environnement, de tout les vautours qui zyeutait et recherchais que de quoi bavasser en taverne un commérage intéressant tellement leur vie était misérable.

Gale attendit sagement.. La tête penchée légèrement, laissant à peine paraitre le noir de ses yeux. Les mains jointes dans un silence qui pourrait laisser une âme vide de tout sentiment.
Revenir en haut Aller en bas
Garwin
loquace
avatar

chez moi : Quelque part en France
inscription le : 28/01/2008

MessageSujet: Re: 16 février 1460: Eireen VS. Antoine. : harcèlement et usure [EN COURS]   Ven 17 Fév - 1:33

Afin de ne pas troubler les débats, le procureur Garwin griffonait un message à l'intention de M. le Juge.

Citation :
M. le Juge,

Je vous avais demandé que soit suspendu provisoirement le sieur Antoine de ses fonctions de Sergent du Guet, ce qui fut fait.

Malheureusement, j’ai appris que c’était le seul élément de la Maréchaussée présent, puisque le Lieutenant de police est en voyage et que le second sergent est absent, ce qui entraîne bien évidemment certains désagréments

Etant donné la situation, à savoir un nombre important de fraudeurs tous les jours, je vous demande, M. le Juge, de réintégrer provisoirement le sieur Antoine dans ses fonctions de contrôle des embauches et du marché et cela uniquement.

Je vous remercie.

Puis il fit une signe discret à M. le Greffier afin que celui-ci remette le pli à M. le Juge.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 16 février 1460: Eireen VS. Antoine. : harcèlement et usure [EN COURS]   Ven 17 Fév - 5:30

Quelques gens entraient dans la salle.. Caméliane qui était déjà présente puis Léo qui fit son entrée puis Galehaut .. piouf ! Je n’osa même pas tendre un regard vers lui .. comme j’aurais du lui parler de tout ceci bien avant ! Mais étais-ce vraiment le genre de chose que l’on avait nécessairement envie de crier sur les toits ? Nah pas vraiment .. !

Entre temps, les paroles du juge me fit reprendre un peu sur moi-même, je n’allais tout de même pas passer toute la durée de l’audience à brailler.. On y serait encore d'ici la fin de l'année. Donc, c’est en rouvrant les yeux doucement que j’essuyai du revers de la main quelques larmes qui avaient coulés et je m’avançai résolument d’un pas feutré jusqu’à la barre en acquisant d'un geste de la tête au juge. Une main discrète et délicate se porta et se referma naturellement sur le pendentif que je portai au cou, la breloque à la croix poissonnée. Je pris une profonde inspiration .. par où commencer ?! Par le début .. par le début ce serait le mieux .. ouais !


- Lorsque je suis arrivée à Genève, j’ai fais connaissance avec le sergent aux guets, Messire Antoine. Il me semblait de bonne nature et de confiance aux premiers abords. Il se montrait gentil et il me faisait rire. Cependant au fil du temps, il semblait aimer à se rapprocher un peu plus de moi. Il venait me voir tardivement le soir en taverne alors que sa compagne quittait pour aller dormir. Il me faisait par de son désir à ce que je devienne sa maitresse secrète et il lui arrivait parfois de demander à me voir seule dans une autre taverne. Je ne me sentais pas tout bien à mon aise en tout cela, d’abord parce que cela va à l’encontre de mes principes de concevoir qu’un homme qui allait se marier puisse envisagé un seul instant que moi je pourrais accepter de devenir son amante.

Je pris une légère pause puis poursuivi ..

- A plusieurs reprises j’ai du lui mentionner mon refus pour ses avances inconvenables. Et puis est venu les prises de force sur ses genoux. Ainsi, parfois, il s’approchait de moi et me prenait brusquement sur ses genoux sans mon consentement. Je n’aimais pas cela du tout et je ne cessai de lui dire verbalement et il m’est arrivé de le gifler à plusieurs reprises pour qu’il me lâche. Je quittai ensuite, me sentant hautement mal à l’aise de ses situations qui commençaient à me peser.

- Puis un soir, il a reprit le manège, en me mentionnant qu’il me violerait et que je ne pourrais porter plainte puisqu’il était le receveur aux plaintes. J’étais littéralement apeurée, car il s’était approché de moi et s’était appuyé fortement contre mon cor..

Je me brusquai dans mes paroles, la voix qui tremblotait un peu, vraiment mal à l’aise de raconter cela devant tout le monde. Je du prendre un petit instant pour reprendre un peu sur moi et poursuivre.

..contre mon corps. Je me suis retrouvé prise entre le pilier et lui qui était fortement appuyé contre moi. J’ai .. j'ai .. Je fermai les yeux, resserant la croix entre ma main, le souvenir me répugnait .. j'a sentis son .. son .. membre durci sur mon bas ventre. Lorsque j’ai pu me libérer, j’ai donc pressement quitté la taverne pour aller rejoindre un ami et ne pas me trouver seule en compagnie du sergent, Mais Antoine a suivi .. Et devant cet ami, il m’a reprise de force sur ses genoux et a mentionner de nouveau qu’il me violerait et que cela ne servirait à rien de porter plainte.

- Quelques personnes étaient au courant de mon malaise avec cette situation et même une amie lui avait demandé de me laisser tranquille. Mais en vain .. Je me sentais très mal à l’aise de cette situation le sachant avec une compagne en plus. Néanmoins, au fil du temps et avec moult interventions verbales pour tenter de lui faire comprendre que je n’étais pas intéressé, il m’avait semblé avoir compris. Ainsi je m’étais efforcée ''d’oublier'' ces passages déplacés et de lui laisser une chance à le considérer comme un ami plus qu’une menace.

- Mais son insistance se transforma autrement .. il ne cessait de se plaindre inlassablement de ses soldes de la milice qui ne lui étaient pas payés. Il se plaignait tellement, je ne savais plus comment lui expliquer que je ne pouvais y faire mais je n’aimais pas bien non plus l’entendre parler en mal de notre Avoyer. Il disait qu’il ne s’occupait pas des choses importantes et qu’il allait lui dire en pleine face sa façon de penser. Qu’est-ce que je pouvais y faire moi là dedans ? Il me demandait de parler à l’Avoyer pour ses soldes et se plaignait qu’il n’accordait pas de temps pour les choses importantes.. Moi j’essayais de lui expliquer que notre Avoyer travaillait justement sur des choses pour le bien de la République et qu’il faisait de son mieux.

- Antoine a alors commencer à me parler d’un projet qu’il caressait; celui d’ouvrir une banque. Il voulait que je sois sa première cliente. Moi je voulais une houppelande je me souviens .. ainsi l’attrait était alléchante tant je désirais cette houppelande. Il avait alors commencer à m’expliquer tout les avantages et que si j’emprunterais je pourrais rembourser aisément et qu’il me faisais une offre spéciale vue qu’il s’agissait de moi et tout et tout ..Et puis aussi il mentionnait qu'un pourcentage du remboursement serait versé à l'Avoyerie. Mais puisqu’il se lamentait encore tout le temps pour ses soldes et qu’il revenait toujours avec cette histoire de prêt, je me suis sentie un peu embarquer par l’idéal que si j’empruntais la somme de 300 écus … du coup je pourrais effectué un don à l’Avoyerie et de l’autre part cela pourrait peut-être servir pour payer les soldes des miliciens. Antoine connaissait ma volonté de vouloir aider la République et il devenait si insistant avec ce prêt .. je ne savais plus que faire. J’en avais assez d’abord qu’il me reluque, qu’il veule que je devienne sa maitresse, qu’il veule toujours me voir seule, qu’il fasse pression avec ce prêt, qu’il me parle de ses soldes, qu’il me demande inlassablement de parler à John, qu’il ne cesse de se plaindre du supposément non travail de l’Avoyer. Je n’en pouvais plus ..

- Ainsi, j’ai donc signé ce contrat de prêt, ne songeant pas trop aux intérêts ou aux frais de dossier à teneur élevée. Mon seul souci était de penser : Il va me laisser tranquille !!!!!!!! Je vais contracter ce prêt, il aura ses soldes payés, ne me parlera plus de cela et avec un peu de chance, il finira par se lasser à d’intimider et de me rendre mal à l’aise en insistance à caractère sexuel. Son obsession de moi ..

- Il commençait à être jaloux de simple bise amicale, il voulait l’exclusivité et n’aimait pas bien me voir donner une bise sur la joue d’un autre homme par exemple. Il s’est même rendu chez moi en plein milieu de la nuit à deux reprises. J’avais si peur ensuite .. j’ai cessé de dormir chez moi depuis ce temps là. Je craignais qu’il revienne et je ne me sentais pas tout bien en sécurité. Des amis on commencés à s’inquiéter car je ne mangeais pas toujours bien, j’avais peur de dépasser le délai de remboursement et j’étais honteuse de parler de cela .. je me sentais idiote d’avoir contracté cet emprunt et je me sentais en obligation vis-à-vis de lui. Je ne pouvais plus reculer .. l’étau se resserrait. Et puis j’avais aussi la crainte de détruire son mariage futur avec sa compagne, je craignais que les gens me jugent.

J’étais persuadée d’avoir oublié un tas de choses tant j’étais nerveuse et puis .. aviez vous déjà essayer de raconter un calvaire de deux mois de silence en une seule fois ?! .. Le reste allait venir de lui-même lorsque les questions s’entameraient mais pour l’instant, je me tus, la gorge complètement desséchée et j’attendis, toujours en tenant mon pendentif, je ne le lâchai pas un seul instant afin de puiser la force pour la suite du procès en cours.
Revenir en haut Aller en bas
Andaevinn
badaud
avatar

chez moi : Genève - Confédération Poissonière Helvétique
qualité particulière : conseiller municipal
inscription le : 16/11/2010

MessageSujet: Re: 16 février 1460: Eireen VS. Antoine. : harcèlement et usure [EN COURS]   Ven 17 Fév - 9:06

Andaevinn hocha la tête et remercia Eireen:

- Merci Ma Dame, vous pouvez vous rassoir. Quelques questions suivront sans aucun doute.

Il regarda Sembre:

- Maître, je vous écoute!

Et griffonnant à l'attention de Garwin:

Citation :
- Accordé, pour autant qu'il accepte.
Revenir en haut Aller en bas
Iskander
loquace
avatar

chez moi : Transhumant
qualité particulière : sans
inscription le : 13/12/2010

MessageSujet: Re: 16 février 1460: Eireen VS. Antoine. : harcèlement et usure [EN COURS]   Ven 17 Fév - 11:21

Remettre les plis, porter les sucettes, de l'eau, revenir noter ce qui se disait ... retourner régulièrement les saucisses qui grillaient discrètement derrière mon tabouret ....

Je me faisais l'effet d'un lapin blanc courant après sa Clepsydre ... je suppose qu'un jour, un genevois trouvera une manière plus pratique de mesurer le temps qui passe ou, en l'occurrence, le temps qui me dépasse.

Hum ... donc, vite vite, toutes ces nouvelles convocations


Citation :
Dame Lauralou,

Par la présente, à la demande du Juge et du Procureur du Tribunal cantonal de la République libre de Genève, j'ai le devoir de vous inviter à vous présenter au Tribunal cantonal de la République libre de Genève pour y relater les faits et actes commis par le Sieur Antoine à l'encontre de Dame Eireen ou tout autre fait directement lié à cette affaire et à ces personnes dont vous avez été la témoin.

Vous pouvez vous faire assister en cela par un avocat de votre choix. Si vous n'en connaissez pas, nous pourrons vous en commettre un qui soit bien de sa personne et puisse vous prodiguer écoute et conseils avisés de manière bienséante, qui soit propre sur lui, parle relativement distinctement et ait des manières plaisantes qui fassent de lui le gendre idéal ou d'elle la bru idéale si d'aventures vous deviez le présenter à vos parents. A moins bien sûrs qu'ils n'aient une préférence pour les médecins, les militaires ou les bergers, auquel cas, ce ne sera pas le gendre ou la bru idéale, mais il ou elle saura au moins bien se tenir.

Je vous prie de croire, Dame Lauralou, à l'assurance de notre parfaite considération.

Fait à Genève le 17 février 1460

Iskander
Greffier de Justice au tribunal cantonal de Genève

(HRP : adresse du jour : ici)

Et de un ... pigeon qui vole par la fenêtre. On avait fait des chatières pour les chats du tribunal qui traquaient les rongeurs, des pigeonnières pour permettre aux pigeons du tribunal de s'envoler, et le greffier pour empêcher les chats de bouffer les pigeons. Autre utilité des saucisses en l'occurrence, les chats en observaient la cuisson ...

Bon ... la suite ... la suite ... la suite ...
Revenir en haut Aller en bas
Iskander
loquace
avatar

chez moi : Transhumant
qualité particulière : sans
inscription le : 13/12/2010

MessageSujet: Re: 16 février 1460: Eireen VS. Antoine. : harcèlement et usure [EN COURS]   Ven 17 Fév - 11:31

La suite donc, en raffale ...

Citation :
Dame Oce,

Par la présente, à la demande du Juge et du Procureur du Tribunal cantonal de la République libre de Genève, j'ai le devoir de vous inviter à vous présenter au Tribunal cantonal de la République libre de Genève pour y relater les faits et actes commis par le Sieur Antoine à l'encontre de Dame Eireen ou tout autre fait directement lié à cette affaire et à ces personnes dont vous avez été la témoin.

Vous pouvez vous faire assister en cela par un avocat de votre choix. Si vous n'en connaissez pas, nous pourrons vous en commettre un qui soit bien de sa personne et puisse vous prodiguer écoute et conseils avisés de manière bienséante. Vu le nombre de témoins, cela fera pas mal d'avocats, mais nous nous débrouillerons pour vous en trouver un bien. Si vous voulez l'épouser après le procès, il faudra vous adresser à John pour cela.

Je vous prie de croire, Dame Oce, à l'assurance de notre parfaite considération.

Fait à Genève le 17 février 1460

Iskander
Greffier de Justice au tribunal cantonal de Genève

(HRP : adresse du jour : ici)

Fait pour Oce ...

Citation :
Jio,

Par la présente, à la demande du Juge et du Procureur du Tribunal cantonal de la République libre de Genève, j'ai le devoir de vous inviter à vous présenter au Tribunal cantonal de la République libre de Genève pour y relater les faits et actes commis par le Sieur Antoine à l'encontre de Dame Eireen ou tout autre fait directement lié à cette affaire et à ces personnes dont vous avez été le témoin.

Vous pouvez vous faire assister en cela par un avocat de votre choix. Bon, là, on commence à être serré, vu le nombre de témoins en cette affaire. Il faudra sans doute vous arranger avec les autres témoins pour prendre un avocat ensemble, surtout si vous en voulez un qui soit bien, propre et poli. Mais nous nous arrangerons bien pour en trouver un; rassurez-vous.

Je vous prie de croire, Jio, à l'assurance de notre parfaite considération.

Fait à Genève le 17 février 1460

Iskander
Greffier de Justice au tribunal cantonal de Genève

(HRP : adresse du jour : ici)

Et fait pour Jio !

Citation :
Dame Bloudas de Cianfarano,

Par la présente, à la demande du Juge et du Procureur du Tribunal cantonal de la République libre de Genève, j'ai le devoir de vous inviter à vous présenter au Tribunal cantonal de la République libre de Genève pour y relater les faits et actes commis par le Sieur Antoine à l'encontre de Dame Eireen ou tout autre fait directement lié à cette affaire et à ces personnes dont vous avez été la témoin.

Vous pouvez vous faire assister en cela par un avocat de votre choix. Je pense que ce sera nécessaire, vus vos liens intimes avec l'accusé, prévenu, enfin, quelque chose comme cela. Il faudra certainement régler la question pour éviter que votre témoignage soit écarté d'un revers d'effet de manche.

Puis il faudra, le cas échéant, régler la question du droit de visite, de l'intimité et tout, donc, c'est important. Peut-être pourrez-vous prendre le même avocat qu'Antoine pour cela, si le juge veut bien. Il faudra lui demander, je pense que c'est mieux ainsi.

Je vous prie de croire, Dame Bloudas de Cianfarano, à l'assurance de notre parfaite considération.

Fait à Genève le 17 février 1460

Iskander
Greffier de Justice au tribunal cantonal de Genève

(HRP : adresse du jour : ici)

Et reposer la main quelques instants ... que je n'avais pas ! Je sentais les longues oreilles me pousser.

Retourner les saucisses d'un quart de tour, et poursuivre.


Revenir en haut Aller en bas
Iskander
loquace
avatar

chez moi : Transhumant
qualité particulière : sans
inscription le : 13/12/2010

MessageSujet: Re: 16 février 1460: Eireen VS. Antoine. : harcèlement et usure [EN COURS]   Ven 17 Fév - 11:40

Citation :
Messire Galehaut,

Par la présente, à la demande du Juge et du Procureur du Tribunal cantonal de la République libre de Genève, j'ai le devoir de vous inviter à vous présenter au Tribunal cantonal de la République libre de Genève pour y relater les faits et actes commis par le Sieur Antoine à l'encontre de Dame Eireen ou tout autre fait directement lié à cette affaire et à ces personnes dont vous avez été le témoin.

Vous pouvez vous faire assister en cela par un avocat de votre choix. J'espère pour vous que vous êtes pistonné, parce que vu le monde qu'il y aura à ce procès, je ne suis pas certain qu'il aura assez d'avocat pour tout le monde. Il faudra sans doute les partager. Il y en a qui sont très bien, donc, autant partager ceux-là, avec les autres témoins. J'ai eu un agneau bicéphale un jour, comme l'aigle impérial. Bon, mon agneau, on a dû le tuer et le brûler. L'aigle bicéphale, on aurait sans doute dû, les opinions divergent à cet égard. Mais, en l'occurrence, avoir l'un ou l'autre avocat bicéphale serait bien utile.

Bref, quoiqu'il en soit, si vous en avez un, tant mieux, si vous n'en avez pas et que vous en voulez un, nous en trouverons bien un qui soit bien.


Je vous prie de croire, Messire Gelahaut, à l'assurance de notre parfaite considération.

Fait à Genève le 17 février 1460

Iskander
Greffier de Justice au tribunal cantonal de Genève

(HRP : adresse du jour : ici)

Et voir le pigeon prendre son envol ... puis piquer vers l'assemblée et titiller un des Messires qui s'y trouvaient, celui qui était dans un coin sombre.

Lui faire un petit coucou, puis se lever, courir à la plaignante pour lui apporter un petit mouchoir et une sucette à l'anis, repartir vers mon poste, retourner les saucisses et poursuivre ...


Revenir en haut Aller en bas
Iskander
loquace
avatar

chez moi : Transhumant
qualité particulière : sans
inscription le : 13/12/2010

MessageSujet: Re: 16 février 1460: Eireen VS. Antoine. : harcèlement et usure [EN COURS]   Ven 17 Fév - 11:52

Trottiner encore, porter le message du juge au procureur, en lisant rapidement la missive, puis ... bah, autant rédiger.

Citation :
Antoine,

Il semblerait que sans vous, la ville soit dépourvue de sergent du guet.

Donc, à la demande du Procureur Garwin et après confirmation du juge Andaevinn, par la présente, je vous informe que vous pouvez reprendre vos armes, uniformes et insignes de service et votre fonction de Sergent du Guet pour la durée du procès, en dehors des audiences auxquelles vous êtes tenu d'assister et en vous assurant que vous restez bien dans les limites de la ville pendant tout ce temps, à l'intérieur de ses remparts, sans la quitter et, le cas échéant, de vous arrêter vous-même si vous faites mine de quitter la ville et vous porter vous même au cachot où vous vous enchainerez.

De même, il vous reviendra de vous arrêter vous-même en cas de violation de la décision de rester éloigné de Dame Eireen pendant toute la durée du procès.

Je pense qu'il y a moyen de mettre la clef des chaines à un clou, pas trop loin de vous.

Je suppose qu'en pareil cas, nous pourrions nous arranger pour que vous soyez nourri, à vos frais toujours, car le tribunal est bien pauvre, mais à partir de la cuisine du guet plutôt que celle du tribunal.

La présente pourra être présentée à votre supérieur pour qu'il vous rende vos armes, uniformes et insignes.

Je vous prie de croire, Antoine, à l'assurance de notre parfaite considération.

Iskander
Greffier de Justice du tribunal cantonal de Genève

Et hop, expédié ... un nouveau pigeon adepte du vol en piqué, qui se retrouve juste devant Antoine, lui présentant obligeamment la patte.

J'étais content qu'Antoine ne soit pas notre unique boulanger ...
Revenir en haut Aller en bas
Iskander
loquace
avatar

chez moi : Transhumant
qualité particulière : sans
inscription le : 13/12/2010

MessageSujet: Re: 16 février 1460: Eireen VS. Antoine. : harcèlement et usure [EN COURS]   Ven 17 Fév - 12:22

Aphuuu...

Translater vers un point idéal entre le juge et le procureur et leur glisser à tous deux ...

Voilà, à ce stade, j'ai invité Messire Galehaut, Dame Océ, Jio, Dame Bloudas, Dame Lauralou, Phonya, Dame Elysabeth, Philippe Pygmalion, Comte de Trévières le Duc et Johnedward, notre avoyer, comme témoins.

Antoine et Erieen ont été ... enfin, ils sont là, vous les avez vus.

J'ai informé Antoine pour le Guet. J'espère seulement qu'il n'est pas aussi le seul membre de la fanfare du guet, parce que ce n'est pas évident du tout de courir après les voleurs avec les instruments d'un homme orchestre.

Et les saucisses de la première fournée sont bientôt à point. Vous en voulez une ?

J'y retourne, avant que les chats ne fassent un sort à nos pigeons ...


Et de retourner vers ma place en douce, avec la légèreté d'un homme politique patinant sur les contradictions de ses promesses électorales.
Revenir en haut Aller en bas
Andaevinn
badaud
avatar

chez moi : Genève - Confédération Poissonière Helvétique
qualité particulière : conseiller municipal
inscription le : 16/11/2010

MessageSujet: Re: 16 février 1460: Eireen VS. Antoine. : harcèlement et usure [EN COURS]   Ven 17 Fév - 13:35

Remerciant Iskander de sa virevoletante célérité:

- La parole est à l'Avocat de la partie civile, s'il lui plait d'interroger ses témoins ou sa cliente?
Revenir en haut Aller en bas
SembreEnDevant
loquace
avatar

chez moi : Entre Genève et les flots bleus
qualité particulière : Passant
inscription le : 06/01/2011

MessageSujet: Re: 16 février 1460: Eireen VS. Antoine. : harcèlement et usure [EN COURS]   Ven 17 Fév - 13:59

Sembre regarda le juge

Monsieur le Juge, je n'ai rien à ajouter. Tous ont pu apprécier les efforts accomplis par ma cliente pour témoigner et voir combien ses plaies à l'âme sont à vif.
Revenir en haut Aller en bas
Andaevinn
badaud
avatar

chez moi : Genève - Confédération Poissonière Helvétique
qualité particulière : conseiller municipal
inscription le : 16/11/2010

MessageSujet: Re: 16 février 1460: Eireen VS. Antoine. : harcèlement et usure [EN COURS]   Ven 17 Fév - 14:22

Andaevinn fût un peu surpris. Sans doute l'avocat avait-il quelque chose d'autre à dire!

- Souhaitez-vous interroger les témoins que vous avez désiré convoquer?
Revenir en haut Aller en bas
Antoine
Bourgeois
avatar

chez moi : Genève
qualité particulière : Simple citoyen
inscription le : 18/10/2011

MessageSujet: Re: 16 février 1460: Eireen VS. Antoine. : harcèlement et usure [EN COURS]   Ven 17 Fév - 16:19

Antoine regardait Eireen, elle qui jouait sa sainte ni touche, à fondre en larme, ou à se raclée la gorge, en taverne elle étais loin d'être aussi pure...
Si seulement le juge et le procureur l'avaient vu, elle qui aujourd'hui avait pris soin de prendre des vêtements ample, alors que chaque jour en taverne elle prenait soin que ses vêtements moules les formes naissance de son corps, afin qu'on les remarque bien et je ne parle pas de mon mariage, tout le monde aura vu la tenu de la dite sainte ni touche.... Les seins et les fesses presque à l'air...
Ah Antoine bouillait littéralement intérieurement, la phrase de l'avocat fut de trop, profitant qu'on ne puisse le voir,en parti caché par le box puant, il serrât le point, pour se retenir de se lever et de dire a Eireen, a quel point elle lui donnait envie de vomir tant elle étais fourbes.
Revenir en haut Aller en bas
lauralou

avatar

chez moi : canada
qualité particulière : employée
inscription le : 01/04/2011

MessageSujet: Re: 16 février 1460: Eireen VS. Antoine. : harcèlement et usure [EN COURS]   Ven 17 Fév - 16:21

Secoue ses pieds avant d'entrer dans la salle de la cour..en regardant les gens déjà arrivé, pense qu'elle est peut être en retard...un peu inquiète cherche un banc pour s'y installer; levant la tête en fesant un signe de celle-ci salue le juge aisni que les gens d'un signe de la tête.

- garde le silence ; écoute attentivement le procès ....


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 16 février 1460: Eireen VS. Antoine. : harcèlement et usure [EN COURS]   Ven 17 Fév - 17:06

Gale toujours assis confortablement sur le banc, une jambe par-dessus l`autre et les mains toujours jointe. La tete mis baisser, posant un regard du dessous au travers une mèche de cheveux qui lui tombaient sur le visage. Un léger grognement à écouter les paroles de Eir, un regard noir vers le box de l`accusé. Se disant en lui-même qua sont retour a Genf il ne raterait pas l`occasion de comprendre toute cette histoire. Gale se surpris à laisser sont esprit vagabonder, cherchant une façon de faire payer tout le mal fait a Eireen. Un soupire a peine perceptible, il souffla légèrement sur la couette qui lui biffait le visage, laissant apparaitre un regard noir de rage.

A peine avait-il eu le temps de revenir vers l`interlocutrice qu`un pigeon fit sont apparition, attrapant au vol la missive qui était rattacher a la patte de la volaille. Le lisant affichant un sourire qui pouvait en dire long. Cherchant du regard celui qui en était l`auteur. Une femme faisait sont entrer.. Non pas sans se faire remarquer. Un visage qui ne lui était pas inconnu a vrai dire. Posant le noir de ses yeux sur celle-ci, la regardant de haut en bas. Laissant apparaitre la blancheur des ses dents dans un sourire que personne ne pourrait déchiffrer. Il la suivi de l`entré jusqu`a sa place. Suivant chaque courbe qu`elle laissait paraitre a chacun de ses pas. Se ressaisissant un moment, secouant la tête en guise de désapprobation. Il savait que le moment n`était pas au plaisir. Une réponse d`un signe de tête a celui qui auparavant lui avait adressé la missive, avisant que sa présence était déjà en ce lieu. Gale n`attendait plus que le moment qu`il soit appeler a témoigner.

Dans une assurance et un calme à faire frémir quiconque oserait croiser sont regard, Gale resta la, a écouté, a analyser et ainsi a se remémorer chaque moment et chaque petit détail. Le regarde livide et perdu, se laissant aller du box des accusés jusqu`a Eir.. et a l`inverse pendant un moment.
Revenir en haut Aller en bas
lauralou

avatar

chez moi : canada
qualité particulière : employée
inscription le : 01/04/2011

MessageSujet: Re: 16 février 1460: Eireen VS. Antoine. : harcèlement et usure [EN COURS]   Ven 17 Fév - 18:25

- se lève doucement posant son chapeau sur le banc,


- s'installe sur la chaise regardant le juge lui sourit..en guise de salutation...


Je suis Lauralou née à Genève, je connais M. Antoine depuis un bon moment, il est un homme très sympathique. Nous discutons dans mon auberge, mais jamais depuis que je le connais il ne m'a manqué de respect dans ses propos et ses gestes. C'est pour moi un ami très sincère, très respectueux, ainsi qu'un homme charmant.


Tout en regardant le Juge ne le quittant pas des yeux....... un moment de silence puis dit:

M. Juge c'est tout ce que j'avais à dire sur ce sujet. Si vous avez des questions à me poser... je vous écoute...


Dernière édition par lauralou le Ven 17 Fév - 19:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Personne
loquace
avatar

inscription le : 27/11/2007

MessageSujet: Re: 16 février 1460: Eireen VS. Antoine. : harcèlement et usure [EN COURS]   Ven 17 Fév - 18:45

Phonya était assise depuis un moment, ayant suivi Iskander depuis la pièce à côté, coussin à la main.
Coussin qui lui permettait de n'avoir crainte de l'attente avant que l'on lui donne la parole, et le banc où elle se tenait, bénéficiait des odeurs alléchantes que des courant d'air lui apportaient.
Machinalement, elle tâta sa bourse.
Elle aurait de quoi quérir quelques saucisses.
Soulagée, elle n'avait plus qu'à espérer que son estomac se tienne coît quelques heures.
Revenir en haut Aller en bas
philippe_pygmalion
Bourgeois
avatar

chez moi : Genève
qualité particulière : Bras gauche du bras droit de Deos
inscription le : 14/02/2012

MessageSujet: Re: 16 février 1460: Eireen VS. Antoine. : harcèlement et usure [EN COURS]   Ven 17 Fév - 22:13

Le jeune comte était, depuis le début de la séance, installé confortablement aux côtés de sa compagne Elysabeth, dont il tenait la main. Le banc des témoins de l'accusation n'était pas naturellement fort accueillant, mais le jeune couple avait résolu ce problème en apportant quelques coussins bien dodus sur lesquels ils s'étaient assis. Philippe avait allongé et croisé les jambes pendant le long moment qui consisterait en la présentation des parties en présence et tous les préparatifs de l'audience.

Puis Eireen s'était avancée. Il avait alors repris une posture assise et plus droite pendant qu'elle avait pris la parole pour décrire les faits. L'assistance avait écouté avec intérêt et on avait pu entendre par-ci par-là quelques exclamations plus ou moins discrètes tantôt d'étonnement, tantôt d'indignation.

Eireen était revenue à sa place. Philippe avait croisé son regard l'espace d'un instant et lui avait fait un signe de tête afin de l’encourager, pour autant que ce fut possible.

Pendant tout ce temps, Phil tenait la main d'Ely dans la sienne, à moins que ce ne fut le contraire. Ils auraient bientôt à relater, séparément, chacun à son tour, tous les faits dont ils avaient été témoins. Il ne faudrait rien oublier. Mais le moment n'était pas encore venu. La parole ne leur avait pas encore été donnée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 16 février 1460: Eireen VS. Antoine. : harcèlement et usure [EN COURS]   Ven 17 Fév - 22:38

Lorsque le juge hocha de la tête en m’invitant à retourner m’asseoir, j’acquiesçai d’un petit geste de la tête puis retournai sagement aux côtés de mon avocat. Je remarquai la présence de Phonya, de Philippe et d’Elysabeth. Je répondis en sourire réservé au signe d’encouragement que me portai le Comte. Et le regarde de Galehaut qui se promenait un temps sur moi, un temps sur l’accusé, définitivement, il aurait bien fallu que je n’enfouisse pas tout cela et que j’en parle avant. Mais c’était si déshonorant d’avoir vécu tout cela !

J’observai ensuite du coin de l’œil le greffier qui écrivait, écrivait et écrivait.. Pauvre de lui !! Comme il devait avoir mal à la main force de faire ainsi aller sa plume. J’eu un regard compatissant et empli de remerciement lorsqu’il m’apporta un mouchoir et une sucette à l’anis. Je pris ensuite discrètement la sucette .. pas question de l’a laisser seule, elle avait l’air si appétissante. Mais pouvais-je l’a mangé tout de suite ?! Hummm telle est la question ! J’attendrais un peu que les regards ne soient plus trop sur moi, je pourrais ensuite l’a sucé un peu subtilement. L'occasion se présenterait dans pas bien long lorsque la propriétaire de la taverne Chez Laura et Nike s'adresserait au juge d'une manière particulière ..

Donc ou en étais-je ? Ah oui .. ! Et cette odeur de saucisse … miam ! Je m’étais tant privé depuis un bon moment et je mangeais si peu pour parvenir à rembourser cet emprunt que je du me concentrer sérieusement pour me changer les idées et ne plus songer à cette odeur qui valsait dans l'air ambiant à en titiller les narines.

Et c’est au moment précis où Sembre se leva pour répondre au juge que je réalisai que j’avais oublié de mentionner un fait très important. Cette fois en taverne où Antoine avait tenté de toucher ma poitrine et où j’avais fermement résisté si bien que ma chemise s’en était déchirée légèrement au bas en raison de son insistance. Heureusement, cette soirée là, notre Avoyer était entré en taverne et Antoine s’était poussé de moi comme si de rien n’était en plaisantant du fait que je prenais des formes et que mes vêtements commençaient à être serré. Moi je n’avais pas trouvé cela tant drôle .. autre situation où je m’étais trouvé fort mal à l’aise.. Surtout qu’il dise cela devant l’Avoyer. Ce pourquoi je m’étais efforcé de croiser discrètement mes bras pour camoufler ma poitrine. Mais je doutais, du moins j’espérai que l’Avoyer n’avait pas remarqué que ma chemise était abimer. C’était tant gênant d’entendre Antoine plaisanter sur le sujet .. Et puis je me sentais trop mal pour discuter de cela avec l’Avoyer, ainsi en taverne. Mais tout cela, je pourrais sans doute le dire un peu plus tard à mon avocat ou lors d’une interrogation prochaine.

La réponse qu’offrit Sembre au juge me rassura profondément, ainsi le pire, enfin du moins à ce que je croyais, était dit. Ne restai plus qu’à attendre la suite du déroulement .. hummm miam c’est saucisse ! Pense à autre chose ma belle .. Je sortis de ma torpeur .. fichu saucisse que ca sentais bon ! Je pris donc la sucette et l’a glissa très subtilement dans ma bouche, fallait bien se contenter un peu en attendant de pouvoir se payer un bon repas de viande.

Revenir en haut Aller en bas
Garwin
loquace
avatar

chez moi : Quelque part en France
inscription le : 28/01/2008

MessageSujet: Re: 16 février 1460: Eireen VS. Antoine. : harcèlement et usure [EN COURS]   Ven 17 Fév - 23:23

Garwin avait l'air soucieux, regardant les uns et les autres dans ce tribunal, leurs sourires, leurs mimiques, leurs pleurs ou leurs peurs. Il entendait quelques chuchotements à droite ou à gauche, des choses futiles sans grand intérêt pour le public présent, mais assez explicites pour lui. Car Garwin était un homme droit même si parfois il en devenait aigri. Le principal pour lui étant de connaître les raisons de tel ou tel acte et parfois il doutait. Car Garwin était ce maillon de la justice pour qui la vérité n'était pas un moindre mot. Et pour se faire, il dirigeait un service d'enquête des plus performants. Il se leva de son tabouret rembourré et profitant d'un court instant de silence, il dirigea son regard vers M. le Juge et s'exclama :

M. le Juge, pourrais-je prendre la parole un court instant ? En effet j'aurais quelques questions à poser a Dame Eireen et Lauralou ainsi qu'au prévenu.

Ne vous inquiétez pas Dame Eiireen, je compatis à ce que vous avez sûrement enduré, je sais que c'est dur mais que voulez-vous, la justice doit comprendre et j'en suis un maillon.
Revenir en haut Aller en bas
leo
Bourgeois
avatar

chez moi : Arles
qualité particulière : bourgeois
inscription le : 26/12/2009

MessageSujet: Re: 16 février 1460: Eireen VS. Antoine. : harcèlement et usure [EN COURS]   Sam 18 Fév - 0:12

Léo avait finalement acheté un petit sachet de maïs soufflé qu'il grigotait en silence. Ce qu'il y'a de bien au théatre c'est qu'il y'a autant à regarder dans la salle que sur scène, et il est toujours intéressant, voire même divertissant, de voir les réactions des autres membres du public, et là justement...

Tout d'abord la plaignante s'avança vers la barre, et leo put observer de nombreux regards masculins braqués vers sa chute de reins.
Quand, fragile et vulnérable, sa main se porta vers sa poitrine qu'elle gonfla d'une profonde inspiration, il put entendre son voisin déglutir bruyamment, et le spectacle commença.
Désir, amante, avances, prise de force, contre mon corps, son membre durci sur mon bas ventre ... à ces mots son voisin rabatiit rapidement devant lui le programme du tribunal au niveau de ses hanches pour dissimuler un émoi qui ne faisait que croitre au fur et à mesure du témoignage.
Le regard de Leo passait de la plaignante à son voisin, il pouvait lire sur son visage ce qu'il imaginait. Cette femme faible, vulnérable et tellemenent ingénue qui se débattait contre son violeur, les tentatives de fuite, le chantage ignoble par une personne de pouvoir à laquelle on ne peut échapper, ce prêt qui était comme un achat de la donzelle et qui laissait penser au policier qu'il lui donnait tous les droits sur elle.

Le clou du spectacle fut le moment de la sucette qu'elle se mit à sucer avec subtilité. La main droite de son voisin se crispa sur son pantalon pendant que la main gauche maintenait le programme en place.
Pour peu que l'on se livre à des reconstitutions et il deviendrait complètement fou.
Revenir en haut Aller en bas
leo
Bourgeois
avatar

chez moi : Arles
qualité particulière : bourgeois
inscription le : 26/12/2009

MessageSujet: Re: 16 février 1460: Eireen VS. Antoine. : harcèlement et usure [EN COURS]   Sam 18 Fév - 0:21

Leo attira l'attention de Camy à l'aide de petits coups de coudes.

Dis, tu crois que Désirée pourrait l'embaucher? Elle raconterait ses aventures aux clients pour les mettre en condition, ou alors elle leur vendrait des livres. Je suis sûr qu'il y'a un marché pour ça.
Tu veux du maïs soufflé?
Revenir en haut Aller en bas
Andaevinn
badaud
avatar

chez moi : Genève - Confédération Poissonière Helvétique
qualité particulière : conseiller municipal
inscription le : 16/11/2010

MessageSujet: Re: 16 février 1460: Eireen VS. Antoine. : harcèlement et usure [EN COURS]   Sam 18 Fév - 0:23

Andaevinn regarda Garwin:

- Messire le Procureur, vous avez la parole. Maître Sembre aura peut-être lui aussi quelques questions.

Il prit de quoi noter et se fit attentif.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 16 février 1460: Eireen VS. Antoine. : harcèlement et usure [EN COURS]   

Revenir en haut Aller en bas
 
16 février 1460: Eireen VS. Antoine. : harcèlement et usure [EN COURS]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, ... 10, 11, 12  Suivant
 Sujets similaires
-
» Réunion à Ostende le samedi 26 février 2011
» Antoine RUFENACHT démissionne de la mairie du Havre
» JOBDAY le 19 février 2010 à Zeebrugge
» 28 février 2007, Gaston Lagaffe a 50 ans !
» le 21 février

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
 :: Cour souveraine de Justice [lecture & écriture pour tous] :: Salle d'audience-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: